PROGRAMME TERRALIM

Un programme à l'échelle du Massif Central..

Le programme TERRALIM : Producteur de faire ensemble implique plusieurs territoires du Massif Central. L’opération, démarrée en 2019, rassemble 7 territoires et 10 acteurs du développement, autour d’une animation par FigeActeurs. Ces différents territoires partagent plusieurs enjeux, parmi lesquels :

  • une demande croissante en produits de qualité et de proximité,
  • une forte dominance en productions animales et une insuffisance en maraîchage,
  • un manque d’organisation logistique qui pénalise les circuits de proximité,
  • une diminution de l’attractivité des territoires, etc.
TERRALIM s’appuie sur la notion de Système Alimentaire Territorial pour apporter des réponses et travaille notamment sur la gouvernance alimentaire et les compétences nécessaires au développement de chaînes de valeurs locales.
 

... avec des actions sur le territoire ligérien

Sur le sud de la Loire, le projet est mené conjointement par le Lycée horticole de Montravel et le Pôle Agro 42. De nombreux acteurs du territoire y sont associés (Département de la Loire, Saint-Étienne-Métropole, PNR du Pilat, Loire Forez Agglomération, Ville de Firminy, Chambre d’Agriculture, ARDAB, ADDEAR, De la Ferme au Quartier, CDAFAL, Compost’Ond, etc.).

Le projet poursuit 3 objectifs principaux :

  • modéliser un système alimentaire en maraîchage biologique permettant de fournir la restauration hors domicile,
  • produire de la connaissance au profit des acteurs impliqués dans des démarches alimentaires territoriales et des acteurs de la formation,
  • favoriser une augmentation de la production de produits maraîchers bio, locaux et de qualité sur notre territoire.

Nous suivons 5 fermes partenaires qui assurent aujourd’hui une production pour la restauration collective sur le territoire de Loire Sud.

Observatoire TERRALIM

Retrouvez ici des données rassemblées tout au long du projet, réalisées dans le cadre du projet ou par d’autres acteurs.

Le métier de maraicher

Ce film a été réalisé dans le cadre de la formation des BTSa Production Horticole du Campus Montravel. Cette promotion 2020/2022 s’est impliquée dans le cadre du Module d’Initiatives Locales du projet Terralim (Territoire et Alimentation) avec comme problématique :  » Comment augmenter l’approvisionnement de la restauration collective en légumes bio et locaux tout en assurant la pérennité des ateliers de production ».

Ce sujet a permis de réunir les acteurs du système alimentaire de Loire Sud pour comprendre d’une part les freins des collectivités à s’approvisionner de manière plus importante en légumes bio et locaux et d’autre part les freins des producteurs à s’engager à fournir la restauration collective.

Les études réalisées ont permis de mettre en évidence des leviers sur lesquels il est possible d’agir afin d’apporter des solutions à la problématique. Favoriser l’installation en maraichage et valoriser le métier de maraicher est aujourd’hui nécessaire pour répondre à la demande de légumes bio et locaux sur notre territoire.

Les apprenants apportent leur contribution sous la forme de ce film pour parler de l’attractivité du métier de maraicher.

 

Approvisionner la restauration collective en légumes bio et locaux

La notion de système alimentaire est une notion centrale et structurante pour un territoire puisqu’elle associe tous les acteurs de la chaîne de valeur avec une même finalité : augmenter la production locale pour une consommation locale. Une alimentation saine, bio locale signifie : 

  • Disposer de surfaces fertiles, mécanisables et irrigables et faciliter l’installation et/ou la diversification des fermes ; 
  • Renforcer la présence d’ acteurs intermédiaires qui soient en capacité de faire circuler, transporter, stocker et potentiellement transformer les volumes de production ; 
  • Cuisiner des produits frais de saison, développer l’art culinaire et communiquer avec les mangeurs ; 
  • Réduire et valoriser les déchets alimentaires. 

S’alimenter mobilise de nombreux acteurs qui sont appelés à développer des relations parfois complexes. Souvent ces relations restent faibles, voire inexistantes. Il est nécessaire de mobiliser largement les moyens pour faire dialoguer les acteurs entre eux afin de faciliter le fonctionnement du système alimentaire.

 

Projet financé par

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ok
Retour haut de page